panneaux solaires

Quelle est la meilleure rentabilité solaire entre revendre son électricité ou l’autoconsommer ?

Selon un sondage réalisé par Opinionway et publié le 6 mai 2021, “42 % des Français jugent trop basse la part des énergies renouvelables dans la production totale d’électricité en France (21%). 78 % d’entre eux jugent que cette part devrait progresser au cours des prochaines années.”

Cette prise de conscience, cette volonté de changement poussent donc de plus en plus de propriétaires à équiper leur maison de panneaux solaires afin de produire une électricité propre et renouvelable. Mais une fois qu’on a équipé sa maison de panneaux photovoltaïque, comment utiliser l’énergie produite ? Quelle est la meilleure rentabilité solaire entre revendre son électricité ou l’autoconsommer ?

Trois options se présentent alors : l’autoconsommation totale, l’autoconsommation partielle ou la revente totale. Pour prendre une décision, il est recommandé d’examiner les atouts et les inconvénients de chacune de ces options et identifier laquelle des trois offre la meilleure rentabilité.

Faire le choix de l’autoconsommation totale

Certains propriétaires, ayant investi dans l’installation de panneaux photovoltaïques, font le choix d’utiliser 100% de l’énergie produite pour alimenter l’ensemble de leurs équipements électriques. La totalité de l’électricité d’origine solaire permet alors d’alimenter le système de chauffage de la maison, mais également la lumière, le chauffe-eau, l’ensemble des appareils électroménagers et tout ce qui fonctionne grâce à l’électricité.

Lorsqu’on opte pour l’autoconsommation totale, il est prudent de s’assurer que le lieu d’implantation bénéficie d’un bon taux d’ensoleillement tout au long de l’année. C’est d’autant plus crucial, si l’on habite à la montagne, dans le creux d’une vallée. Une telle localisation peut éventuellement être rédhibitoire.

Pour que tout fonctionne correctement, quand on a fait le choix de l’autoconsommation totale, il faut bien évidemment avoir estimé ses besoins en énergie au quotidien et donc avoir investi dans une installation photovoltaïque dimensionnée en fonction de la charge nécessaire. C’est crucial pour que ce mode d’autoconsommation soit viable et permette de profiter pleinement du confort et des équipements de la maison.

Deux autres précautions doivent être prises pour être parfaitement autonome : il est vivement conseillé, voire impératif de prévoir l’installation de batteries (celles au lithium sont les plus performantes), pour stocker l’énergie produite et de disposer d’un groupe électrogène (ou tout autre type d’alimentation de secours).

Dès lors qu’on a pris en compte les conditions indispensables pour le bon fonctionnement de son installation solaire, les membres du foyer peuvent profiter d’un habitat confortable tout en contribuant à la préservation de l’environnement.

Si l’on vise un objectif de rentabilité, cette option permet de réduire sa facture d’électricité et d’augmenter, un fois l’investissement amorti, son pouvoir d’achat.

Mais dans le cas d’une maison qui serait située dans un lieu isolé, avec des conditions de raccordement au réseau électrique public complexes ou impossible, l’autoconsommation totale est le meilleur choix voire une solution incontournable pour alimenter sa maison de façon autonome.

Préférer l’autoconsommation partielle

Lorsqu’on opte pour la formule de l’autoconsommation partielle, on choisit d’utiliser une partie seulement de l’énergie produite grâce à l’installation photovoltaïque et parallèlement donner ou revendre le surplus non consommé, plutôt que le perdre.

Pour vendre ce surplus d’énergie produite, on peut s’adresser à l’opérateur historique : EDF OA (OA comme obligation d’achat) qui ne pourra pas refuser, pour honorer sa mission d’intérêt public. Il achètera ce surplus d’électricité à un tarif minimum subventionné par l’ETAT.  D’autres entreprises locales, privées sont habilitées à racheter ce surplus. Il est également possible de donner son supplément sans contrepartie financière.

Une fois acheté par le fournisseur, ce surplus d’énergie produite est réinjecté sur le réseau électrique local et permet d’alimenter les habitations voisines.

Il faut préciser que la part de ce surplus ne doit pas être trop conséquente, si l’on veut parvenir à faire des économies. En effet, pour obtenir ce surplus d’électricité produite, il faut bien évidemment bien contrôler sa propre consommation d’énergie.

Une autre alternative est envisageable : la revente totale

Tout propriétaire d’une maison équipée de panneaux photovoltaïques a la possibilité de revendre la totalité de l’électricité produite grâce à son installation solaire.

Lorsqu’on opte pour la revente totale, on peut comme pour la vente partielle s’adresser à EDF OA qui sera obligé, comme pour la revente partielle, à racheter l’électricité produite à un prix minimum garanti grâce aux subventions de l’État. Il sera également possible de s’adresser à d’autres sociétés pour réaliser cette revente.

Les tarifs de revente totale sont un peu plus avantageux que les tarifs de revente partielle.

Autoconsommation ou revente : il est impératif de changer ses habitudes

Si le choix d’équiper son lieu de résidence avec des panneaux solaires photovoltaïque est judicieux à la fois pour préserver l’environnement et réaliser des économies plus ou moins substantielles, il ne faut pas négliger un facteur important : le mode de vie du foyer. En effet, pour bénéficier des bienfaits du soleil pour l’alimentation énergétique de sa maison, il faut impérativement adapter son mode de vie, ses habitudes pour parvenir à équilibrer ses périodes de consommation et de production au sein de son foyer.

Il est vivement conseillé de programmer les périodes de fonctionnement des différents appareils électriques, qu’il s’agisse des appareils électroménagers, du chauffage ou du chauffe-eau électrique. Contrairement à une maison classique, il faut pour une maison fonctionnant grâce à l’énergie solaire, programmer tous ces équipements électriques pour qu’ils fonctionnent dans la journée, c’est-à-dire, pendant que les panneaux produisent un maximum d’énergie.

Pour conclure

Pour déterminer son choix et décider de revendre son électricité ou de l’autoconsommer, au-delà de la rentabilité, il faut aussi prendre en compte les habitudes de vie du foyer ; la marge d’adaptabilité de chacun aux éventuelles contraintes varie selon les individus. Les prix de revente de l’énergie sont plutôt à la baisse. C’est sûrement ce qui incite de plus en plus de propriétaires d’opter pour une autoconsommation avec revente de surplus à EDF ou à un fournisseur d’énergie. Ainsi ils réalisent des économies sur leurs factures d’électricité et obtiennent des revenus complémentaires grâce à la revente de leur surplus d’électricité produite. Ils peuvent, par ailleurs, bénéficier de primes à l’autoconsommation qui permettent de financer l’achat ou le renouvellement des panneaux voltaïques.